Les fauvettes aquatiques plus rares en Brabant wallon

Auteur : Nicolas Dutoit 
Photo d'entête : Rousserolle turdoïde - Jules Fouarge
Article publié en 2010 dans le Bruant Wallon n°7

Nous attirons votre attention sur le fait que les informations contenues dans cette série datent d’il y a 12 ans. La nature a bien sûr évolué durant cette période…
Néanmoins, à la version du document de 2010, une espèce a été ajoutée, la Rousserolle turdoïde qui a fait sa réapparition en Brabant depuis sa publication.

Lire les généralités concernant la famille

Rousserolle turdoïde – Acrocephalus arundinaceus

Statut liste rouge de Wallonie 2020 : en danger critique

La Rousserolle turdoïde ressemble à l’effarvatte mais elle est nettement plus grande et elle a un bec plus robuste. Elle vit exclusivement dans la phragmitaie vigoureuse en eau permanente assez profonde.

Elle a été présente en Brabant jusque dans les années 1980. Le portail observations.be la signale à 4 reprises, toujours en passage migratoire, à Pécrot en mai 1973, à Nodebais en août 2011, aux décanteurs de Genappe où elle a séjourné 9 jours en mai 2017 et à La Hulpe (étang du Gris Moulin) durant 3 jours en juin 2021.

Rousserolle isabelle – Acrocephalus agricola

La Rousserolle isabelle vit dans les phragmitaies riches en buissons des zones marécageuses s’étendant entre la Bulgarie et le bassin de l’Oural. Elle ressemble fort
aux Rousserolles effarvatte et verderolle dont elle se distingue essentiellement par son sourcil clair bordé en haut et en bas d’un fin liseré sombre. Deux individus
de cette espèce exceptionnelle en Wallonie furent bagués à Mont-Saint-Guibert, en septembre 1989 et août 2007.

Locustelle luscinioïde – Locustella luscinoides

Statut liste rouge de Wallonie 2020 : en danger critique

La Locustelle luscinioïde est une espèce typique des grandes roselières dépourvues d’arbres. Son aire de répartition s’étend de l’Europe occidentale et de l’Afrique du Nord au Kazakhstan.

En Wallonie, elle s’est fortement raréfiée. Son chant, un bourdonnement ressemblant très fortement à celui de la Locustelle tachetée, est cependant plus long (minimum 30
secondes), plus rapide et moins mécanique.

L’espèce est peu fréquente en Brabant wallon bien que quelques individus soient bagués annuellement au passage postnuptial, principalement sur le site de
Nodebais.