Un hybride de rougequeue

Auteur : Bernard Brochier 
Photo d’entête : Hybride Rougequeue noir et Rougequeue à front blanc - Bernard Brochier

Première identification d’un hybride de Rougequeue noir et Rougequeue à front blanc en Brabant wallon

En date du 3 mai, j’ai contacté un mâle chanteur de rougequeue posé sur le faîte d’une toiture d’un hangar situé rue Montaury dans la commune d’Ottignies. Comportement, biotope et surtout chant indiquaient qu’il s’agissait sans équivoque d’un Rougequeue noir Phoenicurus ochruros gibraltariensis. J’ai pris quelques photos d’assez loin et me suis alors aperçu que cet oiseau présentait un plumage atypique en raison d’un ventre clair de couleur rouille.

Continuer la lecture de Un hybride de rougequeue

L’intelligence des oiseaux (2)

Auteur : Bernard Danhaive 
Photo d'entête : Vincent Rasson

La spécialisation

Après avoir constaté que l’intelligence des oiseaux ne se mesurait pas seulement en fonction du nombre de neurones ou du volume du cerveau, abordons maintenant la manière dont la spécialisation des espèces s’est effectuée.

Comment le développement du cerveau s’est-il effectué au cours de l’évolution des espèces et en fonction du milieu où elles vivent ?

Nidifuges et nidicoles

Ce comportement à la naissance a engendré une évolution du cerveau différente.

Les oiseaux nidifuges ont à la naissance un cerveau assez gros et les yeux ouverts. Ils seront donc très vite autonomes et capables de quitter le nid très tôt, mais ensuite leur cerveau ne grandira presque plus.

Les nidicoles en revanche auront à la naissance un cerveau plus petit, mais à l’âge adulte un cerveau plus gros que les nidifuges. Le développement de leur cerveau sera plus lent mais plus évolué, grâce à l’éducation prolongée prodiguée par leurs parents.

Continuer la lecture de L’intelligence des oiseaux (2)

Un Big Day en mode ‘Covid-19’ mais fructueux : 114 espèces en 24h

Auteur : Hervé Paques
Photo : Sterne naine - Oud-Heverlee - Axel Smets

On y va ou pas ?

L’édition 2020 du Big Day fut forcément un peu particulière. Nous avons longuement hésité avant de confirmer son maintien.
Pour rappel, cet événement international regroupe des ornithos pour relever un défi tout simple : observer un maximum d’espèces d’oiseaux en 24h. 

Continuer la lecture de Un Big Day en mode ‘Covid-19’ mais fructueux : 114 espèces en 24h

Une espèce tout en hauteur à Nil-Saint-Vincent!

Auteur : Jean Dandois 
Photo d’entête : Tentative d'accouplement - Pierre Melon

Grosse surprise lorsque je me rends le 6 avril sur le site de Spèche à Nil-Saint-Vincent, une prairie inondable avec une belle mare à la suite du débordement du Nil à la fin de l’hiver : je vois de loin 3 taches blanches qui me paraissent bien différentes des limicoles que je recherchais. Aux jumelles, mais oui, bien hautes sur leurs longues pattes rouges, ce sont bien 3 Echasses blanches (Himantopus himantopus) en train de se reposer ! Etonnement, car c’est la première fois que j’en vois sur ce site et en Brabant wallon. Je les vois plutôt dans le sud de l’Europe et sur d’autres continents. Mais que font-elles ici ?

Le lendemain, je me dépêche d’y retourner à vélo, en pause de télétravail, mais pas de chance, elles sont parties.

Le 8 avril, j’y retourne et là, je crois rêver : ce ne sont pas moins de 7 Echasses blanches qui se nourrissent très activement dans la mare. J’ai l’occasion de les observer plus attentivement et je distingue 6 mâles et une femelle, cette dernière ayant un dos plus brun que les mâles qui ont un dos bien noir. Super, j’envoie un petit message et je retourne travailler tout guilleret.

Continuer la lecture de Une espèce tout en hauteur à Nil-Saint-Vincent!

Une bécassine, oui, mais une double !

Auteur : Benoît Willocx 
Photo d'entête : Bécassine double, notez les taches dans les ailes et les rectrices externes blanches - Daniel Petterson

Le 11 avril dernier, en faisant mon jogging à Beauvechain, le long d’un chemin en mauvais état, bordé de vieux gravats et d’herbes folles, juste avant que le chemin ne pénètre dans un bois, je suis surpris par un claquement d’aile qui rappelle la bécasse à l’envol, accompagné d’un genre de cri de héron « mouillé » répété deux fois. Un oiseau de couleur brune, avec des barres blanches dans les ailes et sur la queue, s’envole à deux mètres de moi, décrit un arc de cercle et s’éloigne d’un vol direct pour rapidement disparaître dans le vallon voisin.

Sa silhouette me fait tout de suite penser à une bécassine, une grosse bécassine. Et comme j’ai eu la chance de voir une Bécassine double (Gallinago media) lors d’un voyage à Lesbos, je me souviens que les rectrices blanches sont un bon signe distinctif pour les individus adultes. Je termine mon jogging à toutes vapeurs, l’adrénaline me fait battre mon record de vitesse pour cette distance, et, le cœur battant, je me plonge dans la littérature et les bandes sonores. Ce cri de héron me parait bizarre, la Bécassine double observée à Lesbos dans des circonstances similaires ne faisait pas de bruit à l’envol.

Continuer la lecture de Une bécassine, oui, mais une double !

Les oiseaux des cultures – Constats et solutions

Auteur : Claire Huyghebaert 
Photo d'entête : Plaine de Lathuy - Philippe Selke

Vous êtes-vous déjà promené dans les champs, en Hesbaye par exemple, par une belle matinée de printemps ou une soirée d’été et y avez-vous été frappé par le silence ? Pas un bruit, excepté les engins agricoles au travail. Pas de chant d’alouette montant dans le ciel, pas de ritournelle du Bruant jaune ou du Bruant proyer, pas de chant de la Linotte mélodieuse, pas de bavardage du Moineau friquet dans les rares buissons. Si vous vous attardez, vous finirez peut-être par voir ou entendre l’un ou l’autre oiseau. Mais où sont-ils tous passés ?

Regardez alors autour de vous. Que voyez-vous ? Des grandes zones de culture à perte de vue, toutes plates. Plus de talus, plus de haies, peu de buissons, les bords des routes et chemins rasés. Que s’est-il passé ?

Au siècle dernier, l’agriculture devait produire plus et, au nom du rendement, l’Europe a aidé financièrement à faire de nos campagnes des déserts. Heureusement, les mentalités évoluent et des aides financières sont accordées depuis les années 90 pour des actions allant dans le sens de l’amélioration du maillage écologique et du soutien de la biodiversité.

Dans cet article, je vous invite à faire un constat de l’état de l’avifaune des cultures en Wallonie, et plus particulièrement en Brabant wallon quand c’est possible, et à voir quelles peuvent être les solutions. En fin d’article, je parlerai brièvement d’un certain nombre d’actions en cours, notamment en Brabant wallon.

Continuer la lecture de Les oiseaux des cultures – Constats et solutions