A vos jumelles : le 17 avril 2021

Auteur des texte et photo : Thierry Maniquet 


Si le mois d’avril 2020 a été anormalement chaud (14 jours au-delà de 20 degrés) et ensoleillé, on ne pourra guère en dire autant de ce mois d’avril 2021. Les températures restent en-dessous des normales saisonnières et le vent persiste à souffler en venant du nord. Tout cela ne facilite pas la rentrée de nos oiseaux migrateurs dont le volume reste encore assez faible.

En ce qui concerne les espèces dont le retour était évoqué dans mon billet de la semaine dernière, que s’est-il passé cette semaine?

La Fauvette grisette a bien fait un retour timide (une dizaine de données) et une première Fauvette babillarde a été contactée à Rebecq le 14. Le Merle à plastron continue à passer, mais très discrètement en comparaison avec l’année passée (un oiseau à Tubize le 11,t à Virginal-Samme le 16 et à Nodebais le 17). Une première Locustelle tachetée a été entendue à la sablière de La Hocaille à Grez-Doiceau le 14 (première donnée en 2020, le 9). Pour le surplus, le passage du Traquet motteux s’intensifie (8 données cette semaine); le Rougequeue à front blanc continue à être observé ici et là (Mont-Saint-Guibert le 11, Glabais le 12, Baisy-Thy le 13 et Perwez le 16); une Bergeronnette de Yarrell a été observée aux étangs de Bierges le 11 et quelques données de Pipit des arbres (en vol ou en halte) ont été rapportées le 16 (Virginal-Samme, Tourinnes-Saint-Lambert et Orbais), sans qu’il y ait, à l’heure actuelle, de cantonnement. Bonnes nouvelles par ailleurs ce samedi avec l’observation d’un premier Coucou gris à Virginal-Samme et d’un Pipit rousseline à Ramillies-Offus, en stationnement!

Je terminerai, en ce qui concerne les passereaux, par attirer votre attention sur la situation particulière du Sizerin cabaret/flammé. On assiste en ce mois d’avril à un nombre anormalement élevé d’observations de cette espèce (voir graphique). Si les données concernent surtout le sud du pays (par exemple, 120 Sizerins sur le plateau du Gerny (Marche-en-Famenne), des observations éparses sont faites dans tout le pays. Si les données en Brabant restent faibles (2 à Villers-la-Ville le 12, semble-t-il et 2 Sizerins cabaret à Sart-Messire-Guillaume le 13 – photo ci-dessous), ce sont les premières à cette période de l’année en Brabant depuis 2016.

Du côté des limicoles, le Chevalier guignette a été signalé aux étangs de Bierges le 11 et dans la vallée de la Lasne (Carpu) le 12. Le Chevalier gambette a été observé sur le site de Spèche (2 oiseaux les 11 et 12) et aux décanteurs de Genappe le 11, un Bécasseau variable était également présent à Spèche les 11 et 12. Le Chevalier aboyeur, lui, était présent aux décanteurs de Genappe le 11 et à Lasne le 12. Enfin, un Pluvier petit-gravelot a été vu dans la vallée de la Lasne (Carpu) le 11 et deux Bécassines des marais étaient présentes aux décanteurs de Genappe le 16.

Au niveau des rapaces, deux premières observations de Faucon hobereau ont été faites à l’étang de Pécrot et aux étangs de Zétrud-Lumay le 11 (première donnée en 2020, le 13) ; un Milan noir a été observé à Loupoigne le 15, un Balbuzard pêcheur à Genval le 11 et un Milan royal à Rebecq le 11.

On signalera pour terminer le stationnement de 22 Cigognes blanches à Pécrot (Grand-Pré) le 12, tandis que 12 oiseaux ont été observés à Villers-la-Ville le 13. Un Héron pourpré a par ailleurs survolé Court-Saint-Etienne ce samedi.

Côté anatidés, on signalera encore la présence de 2 Sarcelles d’été à l’étang du Gris moulin à La Hulpe le 16 et d’un Fuligule nyroca aux décanteurs de Genappe le 11.

Pour les prochains jours, on guettera notamment le retour ou le passage d’espèces qui manquent encore à l’appel : la Fauvette des jardins, le Rossignol philomèle, le Tarier des prés et le Gobemouche noir.

A vos jumelles.

A vos jumelles : le 10 avril 2021

Auteur : Thierry Maniquet 

Photo d'entête : Sterne pierregarin - Fabrice Van Hove

Comme annoncé, la météo n’a pas gâté nos oiseaux cette semaine. Les insectivores déjà rentrés se sont réfugiés au niveau des plans d’eau, en quête de quelques insectes. Ainsi par exemple, environ 80 Hirondelles rustiques et 10 Hirondelles de fenêtre ont été observées le 9 au-dessus du Lac de Louvain-la-Neuve, tandis qu’un groupe de 30 Hirondelles de rivage y avait été observé le 6.

Ces conditions n’ont pas favorisé l’arrivée de nombreux passereaux.

Tout au plus, peut-on signaler un Rougequeue à front blanc présent depuis le 3 à Dongelberg, le stationnement de plusieurs Pouillots fitis, les premiers Traquets motteux à Wauthier-Braine (le 4) et à Bossut-Gottechain (le 8), un Pipit des arbres à Virginal-Samme (le 9), et aujourd’hui, enfin, une première Fauvette grisette aux décanteurs de Genappe et un premier Merle à plastron à Wauthier-Braine.  

Quelques espèces plus « costaudes » ont par ailleurs bravé les éléments. Dans la continuité du billet de la semaine passée, deux nouvelles observations du Balbuzard pêcheur ont été signalées : à Marilles le 7 et à Dion-le-Mont le 8. Un Fuligule nyroca mâle a été vu aux étangs d’Aywiers le 3, un petit groupe de 3 Avocettes élégantes s’est arrêté à l’étang du Gris Moulin à La Hulpe le 5 et un Héron pourpré a été vu en vol à Bonlez le 6.

Une très belle observation de 4 Cigognes noires en vol circulaire vers le nord a été effectuée à Wavre le 8 et deux autres ont été vues à Nivelles le 9. Les premières avaient été vues le 11 en 2020.

On signalera enfin l’observation, toujours rare dans notre province, d’une Sterne pierregarin le 8 à l’étang de Pécrot. Ce n’est que la 10e observation de cette espèce signalée en Brabant wallon sur observations.be depuis 2002 et la 2e à Pécrot.

Bien que le vent sera malheureusement toujours orienté au nord la semaine prochaine, les conditions devraient malgré tout être plus propices à certains retours. 

Voici donc quelques idées de prospection pour les prochains jours :

  • La Fauvette grisette devrait regagner les haies de nos campagnes. Devraient suivre ensuite la Fauvette des jardins et la Fauvette babillarde.
  • Le Merle à plastron vu aujourd’hui en annonce d’autres. Nous sommes en pleine période du passage de cette espèce. On le cherchera notamment dans les prairies.
  • Quant au Gobemouche noir, il peut s’arrêter un peu partout : dans les jardins, sur un fil de clôture, …
  • Le chant de la Gorgebleue à miroir retentira-t-il prochainement, à Pécrot ou ailleurs?
  • Les Rossignols philomèles sont en train de rentrer. A défaut de les avoir encore comme nicheurs actuellement dans notre province, on peut néanmoins les entendre chanter en arrêt migratoire.
  • De même, du côté de Pécrot notamment, on sera à l’écoute de la Locustelle tachetée. Dans les milieux humides, on guettera enfin le chant du Phragmite des joncs.

A vos jumelles

Le genre « accipiter »

Auteur : Claire Huyghebaert
Photo d'entête : Epervier d'Europe - Didier Kint

Lire les généralités concernant la famille

Ce genre est représenté chez nous par 2 espèces présentes toute l’année, l’Epervier d’Europe et l’Autour des palombes.

Ils ont en commun des ailes larges, arrondies et assez courtes, une longue queue, un vol intégrant des planés et une technique de chasse à l’affût ou en poursuite rapide. Ils sont forestiers et se nourrissent surtout d’oiseaux attrapés en vol.

Les femelles sont plus grandes que les mâles et l’autour est plus grand et massif que l’épervier.

Fiches :

Sources

Chroniques de l’automne 2020

Auteur : Equipe chroniques 
Photo d'entête : Grive mauvis - Thierry Maniquet

Que nous a réservé l’automne 2020 au niveau ornithologique en Brabant wallon ?

Quelques visiteurs rares chez nous comme un vol de 6 Macreuses noires, un Martinet à ventre blanc, 3 Pipits à gorge rousse, un Bruant des neiges et 2 Bruants ortolans.

S’agissant du passage migratoire postnuptial, épinglons le nombre important de Grives mauvis et, dans une moindre mesure, de Grives litornes.

Grive litorne - Thierry Maniquet - Vieusart (1)
Grive litorne – Vieusart – Thierry Maniquet

En fin de période, arrivée d’un certain nombre d’hivernants.

Remarquons que le nombre d’espèces contactées, 114 espèces cet automne, est nettement plus bas que les automnes précédents, avec 165 espèces pour 2019, 170 pour 2018 et 160 pour 2017. Un effet des mesures anti-Covid ?

Continuer la lecture de Chroniques de l’automne 2020

L’intelligence des oiseaux (8)

Auteur : Bernard Danhaive
Photo d'entête : Bernard Danhaive

Pas si bêtes les poulets !

Et pour clôturer cette série d’articles consacrés à l’intelligence des oiseaux, intéressons-nous à un oiseau très proche et pourtant mal connu… la poule !

Il ne vous a pas échappé que les corvidés et les psittaciformes (perroquets, …) ont été maintes fois pris comme exemples d’oiseaux particulièrement intelligents, ce qui n’est pas nécessairement le cas de la plupart de leurs autres congénères.

Et pourtant, savez-vous que les poules ne sont pas si bêtes qu’elles en ont l’air ?

Dans notre société occidentale, nous avons tendance à considérer les poulets comme stupides et lâches[1].

Cependant, ce préjugé est récent et local. Autrefois et dans d’autres civilisations, les poules et coqs étaient admirés pour leur faculté de monter la garde, de se protéger mutuellement, d’élever les petits et de communiquer entre eux.

Continuer la lecture de L’intelligence des oiseaux (8)

Les grèbes

Auteur : Philippe Selke
Photo d'entête : Grèbes huppés - Sacha d'Hoop

Introduction

Du plus grand (le Grèbe huppé) au plus petit (le Grèbe castagneux), les grèbes fréquentant nos régions partagent quelques caractéristiques marquantes : oiseaux plongeurs, à la queue extrêmement courte et aux pattes implantées à l’arrière du corps (d’où le nom de famille de Podicipédidés), ils passent toute leur vie sur l’eau, se nourrissant de poissons et d’insectes aquatiques. Les grèbes construisent un nid flottant, ce qui les rend sensibles aux fluctuations du niveau d’eau. Nidifuges et présentant un plumage zébré, les poussins se réfugient volontiers sur le dos des adultes.

Très territoriaux au printemps (exécutant des parades nuptiales élaborées), ils se montrent grégaires en hiver (sauf le Grèbe jougris) et se mêlent souvent à d’autres espèces, les foulques notamment.

En Brabant wallon comme en Belgique, les trois grèbes nicheurs sont en augmentation : augmentation limitée à un seul site pour le Grèbe à cou noir, forte augmentation des effectifs répartis sur de nombreux sites pour le Grèbe castagneux et augmentation sur les sites localisés favorables pour l’espèce pour le Grèbe huppé.

Continuer la lecture de Les grèbes