Les rapaces diurnes

Auteur : Claire Huyghebaert
Photo d'entête : Busard des roseaux - Thierry Maniquet

Introduction

Trois familles de rapaces diurnes sont présentes chez nous. La famille des Accipitridés comprend le plus grand nombre d’espèces. Les 2 autres familles sont les Pandionidés avec une seule espèce, migratrice, le Balbuzard pêcheur, et les Falconidés avec 4 espèces régulières et une migratrice rare.

Comment les identifier ?

Identifier les rapaces diurnes n’est pas évident car on les voit généralement en plein ciel et d’assez loin, voire même de fort loin. Etant donné ces conditions d’observation, il n’est pas recommandé de se fier à la taille ou aux couleurs.

Continuer la lecture de Les rapaces diurnes

T’es qui toi ?

Ou comment identifier les rapaces diurnes en vol

Auteur : Claire Huyghebaert
Photo d'entête : Milan noir - Pierre Peignois

Introduction

Je pense que vous serez d’accord avec moi : l’identification des rapaces en vol est souvent problématique. On les voit généralement de loin, de très loin même, et la lumière n’est pas toujours favorable à une bonne vision. En outre, le temps d’observation est généralement assez court.

C’est pourquoi, il est important de savoir quelles caractéristiques il faut commencer par regarder.

Vous trouverez donc ici quelques pistes à suivre basées sur le « jizz ».

Continuer la lecture de T’es qui toi ?

L’intelligence des oiseaux (7)

Auteur : Bernard Danhaive
Photo d'entête : Pierre Peignois

Faculté d’adaptation

Parler de la faculté d’adaptation des oiseaux alors que la survie de nombreuses espèces est menacée dans notre pays et dans le monde, n’est-ce pas aller à contre courant et se voiler la face ?

Les messages alarmants à propos de la perte de la biodiversité se succèdent. Je recommande d’ailleurs la lecture du centième numéro de la revue Natagora à ce sujet.

Mais, ici, le parti pris a été, toujours dans la continuité des articles précédents, de mettre en évidence les capacités cognitives exceptionnelles de nos amis ailés.

C’est donc un message d’espoir[1]sur la force de la vie.

Toutes les espèces animales actuelles sont la preuve vivante qu’elles ont pu s’adapter jusqu’aujourd’hui à des changements dans leur environnement.

La nouvelle ère que nous connaissons actuellement, l’anthropocène, se caractérise par l’impact de plus en plus déterminant des activités humaines sur les grands équilibres de la biosphère et par une pression importante sur les ressources naturelles.

Changement climatique, dégradation des sols, déforestation, dispersion de produits toxiques ont pour conséquence que certaines espèces sont maintenant menacées d’extinction.

Mais dans cette morosité ambiante, certaines espèces tirent leur épingle du jeu.

Continuer la lecture de L’intelligence des oiseaux (7)

L’intelligence des oiseaux (6)

Auteur : Bernard Danhaive
Photo d'entête : Sterne arctique - Vincent Rasson

Ingéniosité spatiale

S’orienter, naviguer, mémoriser des emplacements ou cachettes : ces processus remarquablement bien développés chez certaines espèces d’oiseaux nécessitent des compétences particulières.

Il s’agit pour eux de percevoir leur environnement de différentes manières, de calculer des distances, de faire appel à leur mémoire et à l’instinct et de prendre les bonnes décisions.

Certaines capacités sont innées, d’autres sont acquises.

S’orienter

La façon dont les oiseaux s’orientent et naviguent lors de leurs longs déplacements, et les mécanismes mis en jeu présentent encore des zones d’ombre, et cela malgré des décennies de recherches.

Le meilleur sujet d’expérimentation dont nous disposons est bien sûr le pigeon voyageur.

Historiquement, l’homme exploite l’instinct d’orientation du pigeon depuis au moins 8 000 ans. Les Romains, les Phéniciens, les Égyptiens et les militaires durant les deux guerres mondiales ont pu mettre à profit son sens de l’orientation, qui lui permet de parcourir jusqu’à 1 600 km pour revenir à son pigeonnier. Continuer la lecture de L’intelligence des oiseaux (6)

Le Busard pâle en Brabant wallon

Auteur : Claire Huyghebaert 
Photos : Busard pâle 2e année - Victor Claes - Neerheylissem - août 2020

Fin mai de cette année, lors d’un recensement pour l’opération Mille-Feuilles à Hélécine et environs, occupée à compter les Bruants proyers et autres Alouettes des champs, que vois-je apparaître ? Un busard chaloupant au-dessus des champs puis plongeant derrière une haie. Oui mais, de quel busard s’agissait-il ? Je savais qu’un Busard pâle avait été vu à plusieurs reprises dans la zone mais des Busards des roseaux fréquentaient également les lieux. Mon observation avait été assez brève. Néanmoins, j’avais pu voir les caractéristiques propres à un Busard pâle immature.

Quel est le statut du Busard pâle chez nous ?

Autrefois fort rare, son passage est devenu quasi annuel. En général, il est observé plutôt en automne. Et s’il est vu au printemps, il ne fait halte qu’un jour ou deux. La particularité de cette année est que cet oiseau a séjourné tout l’été, de mi-mai à fin août, en Hesbaye brabançonne, dans la zone de Neerheylissem / Laar, à cheval sur les deux Brabants.

Continuer la lecture de Le Busard pâle en Brabant wallon

L’intelligence des oiseaux (5)

Auteur : Bernard Danhaive 
Photo d'entête : Vincent Rasson

Construire un nid

L’élaboration d’un nid nécessite des compétences cognitives et une adresse parfois surprenantes. Les oiseaux ont la capacité innée de bâtir des constructions parfois très élaborées, mais cela nécessite également un apprentissage, de la mémoire, de la coordination et la collaboration des membres du couple.

A l’origine, on suppose que les ancêtres de nos oiseaux déposaient leurs œufs dans un creux au sol ou dans un arbre. Par la suite, pour améliorer le confort et surtout pour garantir une meilleure protection en cachant la nichée aux yeux des prédateurs, les oiseaux arrivèrent aux nids que nous connaissons actuellement.

Cependant, certains aujourd’hui n’ont pas fondamentalement amélioré la technique de base et se contentent de pondre à même le sol. C’est surtout l’apanage des oiseaux dont les poussins sont nidifuges.

Continuer la lecture de L’intelligence des oiseaux (5)

L’intelligence des oiseaux (4)

Auteur : Bernard Danhaive 
Photo d'entête : Vincent Rasson

Virtuosité vocale

La gent ailée est, dans le règne animal, celle qui a développé une expression vocale parmi les plus sophistiquées et élaborées. Indépendamment des organes impliqués dans la formation des sons chez les oiseaux, des capacités cognitives sont apparues au cours de l’évolution pour produire ces récitals qui nous enchantent.

Mais d’abord, pourquoi chanter ?

Chanter est une activité risquée et coûteuse. En effet, l’oiseau est plus repérable par les prédateurs et cette activité prend du temps, qui pourrait être plus utilement consacré à la recherche de nourriture.

Il doit donc y avoir de bonnes raisons de chanter !

Continuer la lecture de L’intelligence des oiseaux (4)

Le coquelicot

Auteur du texte et des photos: Thierry Maniquet

S’il est une fleur qui réjouit tout autant le simple promeneur que le photographe en quête de sujet aux infinies possibilités graphiques, c’est bien le coquelicot dont le rouge, rappelant la crête du coq, embellit nos bords de chemin et sentier, pour peu qu’on ne l’assassine pas à coups de pesticides.

Et comme vous pourrez le lire dans les lignes qui suivent, c’est aussi une fleur à la charge symbolique importante. Continuer la lecture de Le coquelicot