Balade à Vieusart

Auteur : Jean Dandois (texte et photos des sites)
Photo d’entête : Grèbe castagneux – Philippe Selke

La promenade de près de 5,5 km vous emmènera par les étangs de Vieusart dans la vallée du Pisselet en direction de Dion-le-Mont, puis vous fera grimper pour atteindre le plateau agricole séparant Dion-le-Mont de Corroy-le-Grand. Vous terminerez la promenade en longeant la propriété de la famille de Dorlodot, propriétaire du splendide château que vous ne manquerez pas d’admirer au passage. Outre les oiseaux liés aux milieux humides, vous pourrez observer des espèces forestières et également des espèces de milieux plus ouverts.

La première moitié du parcours comporte un tronçon forestier qui peut s’avérer assez humide, puis des portiques très étroits pour traverser des prairies : la balade n’est donc pas praticable pour les poussettes et chaises roulantes. Les bottines de marche sont recommandées.

Balade Vieusart

Pour accéder au tracé de cette balade en format GPX, suivre le présent lien ou scanner le QR Code ci-dessous.

Bruant Wallon - Balade Vieusart QRCode

Le point de départ (D) est situé au lieu-dit La Place, là où vous trouverez où vous garer, non loin de l’entrée du château de Vieusart. 

Le château de Vieusart, de style renaissance, construit en 1858
Le château de Vieusart, de style renaissance, construit en 1858

Vous descendez La Place vers le bas en laissant le château et le hameau derrière vous.

A votre gauche, une entrée fermée par une barrière vous permet de contempler le grand étang du château qui est suivi par un autre plus petit que vous ne pouvez apercevoir. Outre les Foulques macroules, les Gallinules poules d’eau et les Canards colverts, tous nicheurs, c’est ici le terrain de chasse du Grand Cormoran qui vient se nourrir de poisson pratiquement en toute saison. Le Fuligule morillon est un hôte assidu et niche sur le deuxième étang. Le Canard chipeau et le Grèbe castagneux sont également présents. Il faut scruter les arbres et les prairies environnantes à la recherche de la Buse variable et aussi du Faucon hobereau.

Poursuivez la descente jusqu’à la chaussée que vous empruntez prudemment à droite en direction du point-nœud 89 pour prendre ensuite à droite le sentier de la Fraîche Voie (n°45) (point 1 sur la carte). Longez le premier étang où vous remarquerez des épouvantails très particuliers destinés à  effrayer hérons et cormorans…

Etang dédié à la pisciculture avec de drôles d’épouvantails !
Etang dédié à la pisciculture avec de drôles d’épouvantails !

A la bonne saison résonnent les chants et les cris de la Rousserolle effarvatte, le rire du Grèbe castagneux mais aussi parfois, comme ce fut le cas en 2019, le chant mélodieux d’un Rossignol philomèle en halte migratoire. L’un de nos plus beaux oiseaux, le Martin-pêcheur d’Europe, est aussi régulièrement visible.

Le deuxième étang est fortement envahi par la végétation mais possède à son extrémité une zone d’eau libre souvent intéressante : la Sarcelle d’été y a été vue à plusieurs reprises au printemps et les Canards mandarins nicheurs à proximité affectionnent l’endroit. Un à deux couples de Grèbes castagneux y nichent.

Le deuxième étang avec la nappe d’eau libre
Le deuxième étang avec la nappe d’eau libre

Le troisième bassin est couvert de végétation typique des lieux humides et abrite souvent le Râle d’eau en hiver.

Poursuivant le chemin, nous entrons dans le domaine forestier. Sous-bois plutôt humide où le Bouvreuil pivoine est régulier, puis montée d’un talus sablonneux et nous rejoignons un chemin que nous empruntons à gauche (Fraîche Voie) pour prendre ensuite à droite en face du sentier 55 (point 2).

Le Hibou moyen-duc est un hôte discret de ces parages, ce qui n’est pas le cas de la Fauvette à tête noire qui chante abondamment au printemps et se laisse admirer avec un peu de patience.

Suivre le chemin balisé jaune et rouge qui descend dans la vallée. Vous passez dans une coupe replantée en espèces indigènes où un couple de Bondrées apivores a été noté en août 2019.

Arrivés à la prairie, empruntez le portique et poursuivez en face dans le bas de la prairie. Admirez à droite un magnifique châtaignier. Après l’abreuvoir, prenez le petit portique à droite (étroit) et poursuivez vers la peupleraie. Traversez ensuite la prairie en diagonale et sortez par le portique. Franchissez le Pisselet à droite. Le Pisselet est un affluent de la Dyle dans laquelle il se jette à Gastuche. La qualité de l’eau du Pisselet est médiocre et une seule espèce de poisson y est recensée : l’épinoche (Gasterosteus aculeatus).

Le chemin s’élève progressivement sur le coteau de la vallée en longeant de belles propriétés du hameau de La Commone. Au sortir du chemin (point 3), prenez à droite la rue qui s’élève doucement (circulation locale). Après le numéro 46, prendre à gauche et monter vers le plateau le long d’un bel alignement de chênes pédonculés.

Nous voici dans le domaine des champs. Il n’est pas rare d’y apercevoir des chevreuils en lisière. Très peu d’oiseaux des champs cependant : tout au plus quelques couples d’Alouettes des champs au printemps et l’une ou l’autre Bergeronnette printanière. C’est qu’il n’y a guère de place laissée libre pour les oiseaux nichant au sol sur ce plateau très cultivé.

Bergeronnette printanière - Hélécine-Victor Claes
Bergeronnette printanière – Hélécine-Victor Claes

Arrivés au chemin bétonné, prendre à droite. Juste avant d’arriver au point-nœud 94, belle haie touffue à droite avec des prunelliers notamment : c’est un lieu prisé des fauvettes et du Bruant jaune, mais aussi des grives à la mauvaise saison.

Prenez à droite la drève de peupliers (rue du Culot).

Au carrefour suivant (point 4), empruntez à droite le chemin en pavés qui descend. Vous longez la propriété du château de la famille de Dorlodot. Le chemin s’incurve vers la gauche. Il faudra scruter les quelques vieux arbres fruitiers plus haut sur la gauche en espérant y apercevoir la Chevêche d’Athéna ou le Pic épeichette. Vous passez ensuite le long d’une ferme, à droite, qui abrite chaque année un nid de Rougequeue noir.

Rougequeue noir - Didier Kint
Rougequeue noir – Didier Kint

Un peu plus loin, allez près de la boîte aux lettres 14b et retournez-vous pour admirer en face les toits du château !

Au sortir du chemin en pavés, vous pouvez encore admirer le portail du château.

Prenez à droite sous les arbres majestueux et vous retrouvez votre point de départ (D).