La Tourterelle turque

Auteur : Thierry Maniquet
Photo d'entête : Tourterelle turque - Jodoigne - Hervé Paques
Article publié en 2013 dans le Bruant Wallon n°18

Nous attirons votre attention sur le fait que les informations contenues dans cet article ont 8 ans. La nature a bien sûr évolué durant cette période…

A l’heure où les frémissements du printemps se font sentir, les premières notes du chant de la Tourterelle turque se font entendre dans nos jardins.

Le moment est propice pour vous raconter la « légende de la Dékaoktoura » qui nous vient des îles du Dodécanèse.

Or, donc, il était une fois une jolie princesse qui vivait retirée avec ses frères et son peuple dans la forêt. Elle était évidemment très belle et dotée d’un cœur riche et pur ; le soleil sortant par la fenêtre de sa chambre réchauffait les villages des environs plus pauvres.

Hélas, sa beauté attira la convoitise d’une bien méchante sorcière.

Pour ses 18 ans, une grande fête était prévue, fête au cours de laquelle elle se marierait avec son bien-aimé.

La sorcière ayant eu vent de cette fête, alla trouver les frères de la princesse la veille du mariage et les mit au défi de résoudre une énigme.

Si les frères parvenaient à résoudre l’énigme durant la nuit, la princesse échapperait au sort d’être transformée en tourterelle.

Malheureusement, le jour venu, les princes n’avaient pas trouvé réponse à l’énigme.

La princesse, avertie du sort qui l’attendait, alla trouver la sorcière et lui demanda une faveur:

« J’accepte mon destin, je vous offre ma beauté puisque mes frères n’ont pas la solution, mais pouvez-vous me promettre que mon peuple ne souffrira plus jamais de la pauvreté ? et je désirerais prendre mon alliance que je ne porterai jamais à mon doigt en souvenir de mon bien-aimé … »

 La sorcière accepta et la transforma en tourterelle, portant à son cou son alliance de couleur noire en signe de deuil de son mariage et vêtue d’un plumage blanc, couleur de la virginité de son mariage non consommé.

La sorcière, de son côté, tint sa promesse et les villageois, grâce au sacrifice de leur princesse, vécurent heureux à l’abri des famines.

Que le chant de la tourterelle vous procure un heureux printemps, riche de belles observations.