Fiche 5 bis : Sous-espèces/variations géographiques de bergeronnettes printanières

Auteurs : Claire Huyghebaert et Vincent Rasson
Photo d'entête : Bergeronnette nordique - Bruno Marchal
Article publié en 2009 dans le Bruant Wallon n°2

Nous attirons votre attention sur le fait que les informations contenues dans cet article ont plus de 10 ans. La nature a bien sûr évolué durant cette période…

Lire les généralités concernant la famille

Au sujet de la Bergeronnette printanière et de ses sous-espèces, voir un très intéressant article sur Ornithomedia.

La Bergeronnette nordique – Motacilla flava thunbergi

Taxonomie et nomenclature

Sous-espèce de la Bergeronnette printanière Motacilla flava, nichant de la Scandinavie au nord-ouest de l’Asie et hivernant en Afrique et en Inde.

Parfois aussi traitée comme une espèce monotypique distincte : “Motacilla thunbergi”.

Description

La Bergeronnette nordique a la calotte et la nuque gris-bleu foncé à noir (non brillant) et les parotiques gris-noirâtre, parfois la tête entièrement noir mat. Elle présente généralement des taches pectorales vertes.

En Brabant wallon

Deux observations remontent à avril et mai 2004 : 3 ex. à Dion et 6 ex. à Chaumont-Gistoux. Ensuite en mai 2008, 2 ex. ont été observés à Mont-Saint-Guibert.

Confusion possible

La Bergeronnette des Balkans (Motacilla flava feldegg) qui a la calotte et la nuque noir brillant et n’a pas de taches pectorales.

Nichant des Balkans à la Mer Caspienne et à l’Iran et hivernant en Afrique de l’Est, celle-ci est très rare en Belgique. Elle est soumise à homologation sur l’ensemble du territoire belge depuis la création de la Commission d’Homologation. Seules 3 mentions sont homologuées pour la Belgique, aucune en Brabant wallon.

La Bergeronnette flavéole – Motacilla flava flavissima

flaveole
Bergeronnette flavéole – Vincent Leirens

Taxonomie et nomenclature 

Sous-espèce de la Bergeronnette printanière Motacilla flava, nichant sur les Iles Britanniques ainsi que, localement, depuis le nord de la France jusqu’à l’ouest des Pays-Bas. Passage en Europe de l’Ouest et hivernage en Afrique de l’Ouest.

Deux autres bergeronnettes de type “printanière” présentent, tout comme flavissima, une tête jaune ou verdâtre : la Bergeronnette à tête jaune (M. flava lutea), qui niche dans les steppes du sud-est de la Russie européenne et au Kazakhstan, et la Bergeronnette à tête verte (M. flava taivana), du sud-est de la Sibérie. Ces trois taxons forment ce qu’il est convenu d’appeler le “complexe lutea”, qui a parfois été séparé en une espèce polytypique, distincte de la Bergeronnette printanière : “Motacilla lutea” (la Bergeronnette flavéole devenant alors “Motacilla lutea flavissima”).

La Flavéole est parfois aussi traitée comme une espèce monotypique entièrement distincte : “Motacilla flavissima”.

Description

Chez le mâle, au printemps, toutes les parties supérieures sont vert-jaunâtre, les parties inférieures d’un jaune vif très visible; grands sourcils jaune vif. Chez la femelle, la tête est plus olivâtre et le dessous du corps jaune pâle.

En Brabant wallon

Une seule mention dans la région a été retrouvée, en avril 2008 à Nil-Saint-Vincent.